En septembre 1871, Karl Marx proposait la formation de sections féminines de la Première Internationale, en plus des sections mixtes. Ci-dessous les extraits du compte-rendu de la Conférence de Londres de l'Association Internationale des Travailleurs, au cours de laquelle Marx fait cette proposition :

 Marx conf 1871 a

"Marx donne lecture de la proposition suivante, faite par le Conseil général à la Conférence :

"La Conférence, sur la proposition du Conseil général, recommande la fondation de sections de femmes parmi les ouvrières. Il est entendu que ceci n'empêche nullement la formation de sections mixtes."

Le citoyen Marx ajoute qu'il fait remarquer que la proposition porte : "sans exclusion des sections mixtes" ; il croit nécessaire la fondation de sections purement féminines dans les pays où l'industrie emploie des femmes en grand nombre, elles aimeront mieux se réunir entre elles pour discuter. Les femmes, dit-il, jouent un très grand rôle dans la vie : elles travaillent dans les usines, elles prennent part aux grèves, à la Commune, etc. Elles ont plus d'ardeur que les hommes. Il ajoute quelques mots par lesquels il rappelle la participation ardente des femmes aux événements de la Commune de Paris."

Marx conf 1871 b

Et dans les résolutions finalisées telles qu'elles furent publiées à l'issue de la Conférence, on la retrouve au numéro 5 :

"La Conférence recommande la formation de sections de femmes dans la classe ouvrière. Il est bien entendu que cette résolution ne porte nullement atteinte à l'existence et n'exclut en aucune façon la formation de sections composées de travailleurs des deux sexes."

conf AIT 1871

La préoccupation de Marx et de l'Internationale était donc à la fois de favoriser l'engagement et la liberté de parole et d'action des travailleuses, et en même temps que la création de ces sections non-mixtes ne conduise pas à exclure les femmes des autres sections de l'AIT. Il s'agissait donc d'allier mixité et non-mixité, pour atteindre le but d'auto-émancipation mondiale de toutes et tous les exploité-e-s.